Prévention de l’athérosclérose

En Suisse, les maladies cardiovasculaires représentent la deuxième cause de mortalité après le cancer1. L'un de leurs facteurs de risque les plus importants est le cholestérol, en particulier le cholestérol LDL (LDL-C). Des données complètes à ce sujet ont été recueillies ces dernières années. Plus la concentration de LDL-C est faible, plus le risque de crise cardiaque est faible. Il n'existe pas de limite plancher de concentration de LDL-C à la diminution du risque cardiovasculaire. A côté du taux de LDL-C, la durée d'exposition revêt également de l'importance : l'hypercholestérolémie génétique est associée à un risque plus élevé que l'hypercholestérolémie acquise. C'est pourquoi, à l'instar des « paquets-années » chez le fumeur, on a introduit la notion de « cholestérol-années». Par conséquent, le critère de réduction du taux de cholestérol ne suit pas seulement la règle « plus le taux est faible meilleur il est » mais aussi l'adage « le plus tôt le mieux ». Les directives actuelles de la Société européenne de cardiologie (ESC) attachent donc une grande importance à l’abaissement rigoureux du taux de LDL-C. Quatre catégories de risques ont été définies, qui permettent de fournir des recommandations d'actions concrètes en fonction du risque identifié. Cette classification se base sur une estimation du risque cardiovasculaire global ainsi que sur le nombre et la gravité des facteurs de risque.

Les recommandations du GSLA s’appuient sur les lignes directrices internationales et les données d’études randomisées, principalement les recommandations de la Société européenne de cardiologie (ESC). Le cas échéant, elles sont adaptées aux particularités suisses. Les derniers développements et les résultats de la pratique clinique et de la recherche sont également pris en compte et intégrés par une équipe d'experts pour une application pratique.

Afin d'estimer le risque cardiovasculaire global mentionné dans l'introduction, le GSLA propose sur ce site un algorithme spécialement adapté à la Suisse, le calculateur de risque du GSLA. Il s'applique aux personnes âgées de moins de 75 ans et permet de calculer le risque concret de survenue d’un événement cardiovasculaire mortel ou non mortel sur 10 ans. Les données sous-jacentes sont tirées de l'étude PROCAM. Le GSLA recommande d'utiliser cet algorithme pour l'estimation des risques dans la mesure du possible. Le calculateur de risque du GSLA, basé sur les mêmes données, est également indiqué dans le guide de poche pour une utilisation sans accès à Internet.

En plus de l'information sur l'évaluation des risques, le nouveau guide de poche contient naturellement des recommandations de traitement pour la réduction des risques dans divers milieux cliniques et traite de la gestion de la dyslipidémie. En outre, des chapitres spéciaux sont consacrés à l'hyperlipidémie familiale (le diagnostic clinique d'une dyslipidémie soupçonnée chez l'adulte peut être basé sur les critères du Dutch Lipid Network) et l'intolérance aux statines. Ces recommandations du GSLA s'adressent à tous les professionnels de santé qui s’engagent pour le bien-être des patients atteints de maladie athérosclérotique. L’objectif des recommandations est d’aider à mieux saisir la situation de risque cardiovasculaire des patients, d’en déduire des options thérapeutiques adéquates et d’éviter ainsi un sur- ou sous-traitement.

[1] https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/sante/etat-sante/mortalite-causes-deces/specifiques.html.


Prévention

Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.